THEY TALKABOUT US – PRESS

Smart & Light

Michèle Fitoussi

fitoussi

MICHELE FITOUSSI, JOURNALIST AND WRITER, IS A COLUMNIST OF THE MAGAZINE “ ELLE “. BORN IN TUNIS, SHE LIVES NOW IN PARIS, WHERE SHE RESORTS TO ALL POSSIBLE MEANS OF EXPRESSION AND TO HER GIFTED PEN, HER IDEAS AND HER VISION OF WOMAN. AWARDED A DIPLOMA IN POLITICAL SCIENCES, SHE HAS ALWAYS DREAMT TO BE A JOURNALIST AND WRITER. TWO OF HER NOVELS ARE ACTUALLY BEING FILMED. MICHÈLE ALSO WRITES NOVELS FOR THEATRICAL ADOPTION.

“I met Sophie Reverdi coincidentally, in Tunisia, in October 2007. But is there really such thing as coincidence in life? Personally, I do not believe in it. At least, sincerely, I don´t think that people come close to each other due to mere chance. Before even speaking to each other, we know, we smell that there exist hidden connections which time will reveal. With her big blue eyes, brighter than the doors of the houses of Sidi Bou Saîd where she had settled down with her two boys, Sophie attracts you. Immediately, you feel you really want to speak to her. She is a journalist and she claims an interview, that´s good luck! I came to enliven a symposium, a meeting between French and Tunisian women, important active women.
We fixed a rendez-vous for the following day. She leaves in a pretty home which overhangs the village and the sea. We had mint Tea and honey pastries according to the tradition of this beautiful country. Fed, I, the interviewee, go back to my cute sin: to ask questions. Sophie told me shortly her career, her visit to Tunisia, her struggle as an ex-obese. I did not believe my eyes. What? This nice girl was obese? “Yes”, Sophie replied with pride, “but I´ve made it, I´m slim now.”
When leaving, she handed me their Carnet de Route: Logbook. That night I devouredit; it really seemed so to me. Reading this small book, I learnt more about the torments of obesity than I could find in any novel or treaty. How it begins since early childhood, the raids on the fridge, the obsession with the idea of the mouth always full of food, the taut belly risking to crack, the food swallowed endlessly, without being hungry, only to fill, to destroy oneself, the mind focused on asingle thought, dedicated to a single task, to swallow, to ingest, to gorge, to gnaw, to snack, to chew, to devour, to pig out, to want to die once the orgy is over. To digest this despair and start again the hunt, stalking food like a wild beast. Whatever:
soft, solid, sweet, salty. A lot, a surplus, enormous quantities. Enormous is what she is, this girl who do not live like others, those who are her age. At the age of 16, 17, they laugh, they dance, they run, and they love.
However she, she eats.”

She is ashamed.
She hides.
She persists.
She is not conscious that something is going wrong with her.

People despise her. As though it was enough to say “when there is a will there is a way.” As though this deformity of the body in a society modeled for thin persons, or even the very thin (another version of this strange suffering…), must not be tolerated.
Outside obese! Come on out! Eat as much as you want. Deform your bodies as you like. But do not show yourselves. Hide this fat so that we don´t see it. You are too obscene with our surplus of flesh, your skin which trickles down, these folds and these jowls, and your cumbersome walk. You resemble elephants. Get out of sight! Reading this sincere testimonial, both raw and true words which are far from complacent, will tear your soul.
That night, I had tears in my eyes several times. And then one day Sophie said “Stop! I want to live.” She got rid of her obesity. Because she is a good soul, she decided to help those who have neither her strength nor her courage.
She invented this method: Smart and Light. Gone. Swept. Terrible souvenirs. Never come back. One must read these testimonies and believe her. Sophie knows what the gazes of others mean. She also knows the price of the precious regained freedom. She is an angel. (And there, in Paradise, everyone goes on a diet… yet now it is so joyful, that one almost becomes a sinner …).

Nadia Chkir Ayadi

Obesity has increasingly become the subject of attention in both general andspecialized publications. Personally, in my work on socio-cultural themes in the media for over 20 years, I have dealt with the issue several times, one of which was a report called The Kilodramas. Excess weight and obesity affect half the adult population in the world. Common in rich countries, obesity today is gaining ground in emerging countries. The concept of risk is part of the very meaning of obesity.. This terrible disease is on its way to become the priority of public health in the twenty-first century. The more well-informed are aware of the danger and the first reflex of someone who wants to lose weight is usually to start a diet. This approach to losing weight consists in checking calorie intake by imposing dietary rules full of prohibitions and frustrations.

This isolated and exclusive solution is not a long-lasting one but rather a temporary solution that can easily bring about discouragement and food weariness. The phase of stabilization is the most delicate.

Thus, following a diet is not the best of solutions because, as soon as one stops the diet, one quickly gains back lost weight. Furthermore, if slimming diets really were effective, there wouldn’t be so many

Taking obesity seriously means tackling a serious problem!

Sophie Reverdi, initiator of the SMART AND LIGHT project, has already taken it seriously and knows her subject, since her project is born out of a personal experience, her experience as a former obese woman.

I first knew of this young woman from photos, which I considered to be advertising with a “Before” and an “After”, and I did not really give much thought to the stream of products and methods created to lose weight.

When I met Sophie Reverdi, “for real” as children say, I could not believe my eyes, seeing this beautiful woman, at ease in her mind and her body.

But I also listened to her speech and the spectacular shortcut she had created for an original approach to fighting obesity, with an outstanding food program. We all know that there are many ways of losing weight, but also many different personalities, and that all obese people are not alike and do not perceive things the same way. Yet the SMART AND LIGHT method has managed to change these different personalities. 

However, few candidates actually take care of themselves. (Often they are among the very affluent, who can afford the best advice to continue on the road to success.). Today Sophie, with quiet strength, offers her advice to all those who want to make the right decision once and for all, the decision that will change everything. But the brain often does not automatically take rapid action, as Sophie Reverdi’s words suggest: “Like when we act and jump to the side of a road to avoid a vehicle, we should do the same with our harmful behaviors and addictions of all kinds.”

A succession of actions tailored to each candidate is founded in common sense. It is a strategy that links a range of methods from different disciplines.

It is a method that seems suitable for the search of self and rediscovery of self. It is a recreational and leisurely food program of which one does not grow weary, and this is where hides the secret of this revolutionary method.

Roger Bessis : Notre planète est en danger

Né à Tunis en 1933, Roger Bessis fait partie de ces Tunisiens qui ont réussi des carrières magistrales à l’étranger. Il débuta ses études à Tunis, au Lycée Carnot, puis au Collège Alaoui. ses premières études supérieures à Dijon, puis est revenu en Tunisie. Enfin il est reparti à Dijon, effectuer ses recherches à l’international. Il est Docteur Es Sciences et Professeur d’Université. Son cadre de recherches et son métier, sont rares et passionnants, car il est végétaliste. C’est un chercheur en contre-courant, passionnément et profondément engagé, dans la survie de la planète, et dans la lutte contre toutes les formes de pollution qui la mettent à bout de souffle.

Le monde végétal a été l’instigateur de votre recherche initiale, et depuis, vous êtes un observateur de ce monde et du monde en général.

Oui, mon amour pour la nature remonte à loin, et lorsque j’ai commencé mes recherches, la perception du monde vivant n’était pas la même qu’aujourd’hui. J’ai commencé, en essayant, comme beaucoup d’autres,d’augmenter les rendements, car nous avions peur de la sous-production, de manquer, d’avoir faim un jour.

Votre regard sur le bien-être et sur la vie vous a rapproché du secteur médical . Vous travaillez beaucoup avec des médecins, et des chercheurs de l’INSERM afin d’évaluer le pouvoir des plantes sur la santé.

Les plantes me permettent d’avoir un regard global sur la vie, et la vie de l’homme, comme la médecine, me passionne.

J’ai envie de dire que vous êtes un philosophe scientifique.

Philosophe scientifique… Vous savez, quand on est en fonction, on n’a pas le temps d’être philosophe, car on est mené à la cravache par les nécessités de la recherche.On a l’obligation d’apporter des résultats, de faire rédiger des thèses et d’apporter des résultats nouveaux. On a donc très peu de temps pour regarder autour de soi. Donc on suit le courant, et il est très nettement établi par les structures pour lesquelles on travaille. D’ailleurs, on nous dit très clairement ce que l’on doit faire.

Vous n’êtes donc pas libre de vos sujets?

On croit que les chercheurs sont libres de leurs sujets, et en réalité ils le sont, mais s’ils font ce qu’ils veulent, il n’auront pas les moyens de le faire, et ils ne trouveront des moyens que dans des sujets qui leur sont imposés par les structures de recherche, mais de façon beaucoup plus globale, par les évaluations du système américain. Nous sommes donc dans une situation où ce sont les Américains qui pilotent la recherche.

Expliquez-nous…

Un chercheur va être évalué en fonction des publications qu’il sort. Chacune des publications est assortie d’un coefficient qui dépend du facteur d’impact de la revue dans laquelle il l’a publiée.Les revues traitent de sujets prédéfinis, et il faut donc essayer de faire ce qui est à la demande de la revue.

Si les Américains n’étaient pas les leaders de cette recherche, quelle aurait été la tournure des recherches en Europe aujourd’hui ?

Lorsque j’ai démarré en Europe, comme je l’ai dit, l’important était le rendement, mais surtout la défense du végétal. Aujourd’hui, on se rend compte qu’avec ce système-là, on a pollué la planète, que l’on a perdu en diversité, mais le plus triste, c’est que les savoir-faire qui permettaient de comprendre la diversité des plantes, vont disparaître à leur tour.

La tendance aujourd’hui est à la génétique moléculaire.

Dès qu’ on parle de biologie moléculaire, et dès qu’il s’agit d’étudier les résultats de cette biologie moléculaire, et comment elle fonctionne dans la nature, cela devient de la biologie. Il n’y a plus de revues pour en parler, ni plus de chercheurs, car cela est très long d’évaluer tout cela dans la nature, et donc on ne le fait plus.La recherche n’est plus productive, alors qu’elle est pourtant indispensable.

Parlez-nous des conséquences planétaires de la compétition internationale, née de la génétique.

Le manque d’eau, la nécessité d’engrais, la résistance aux facteurs du milieu, les difficultés, de la plante naturelle de départ, une fois travaillée par les généticiens, rendent la semence plus résistante et productive, et c’est la qu’on entre dans la compétition internationale.Mais cette compétition est extrêmement polluante et coûteuse.

Mais quelle serait l’alternative ?

L’alternative serait de retourner aux anciens modes de production. Ceux que les agriculteurs ont toujours utilisés, en adaptant la récolte aux produits qui poussent de manière naturelle.Diminuer peut-être le rendement, mais surtout diminuer la dépense énergétique. Que les plantes puissent retrouver leur milieu naturel, leur équilibre.

Faudrait-il rayer toutes les avancées technologiques pour retourner en arrière ?

Non, car nous avons quand même acquis énormément de connaissances scientifiques, et la biologie moléculaire est essentielle pour comprendre beaucoup de choses. Quant à la génomique fonctionnelle, c’est-à-dire la façon dont les gènes s’expriment dans la nature, elle est encore à ce jour très peu utilisée, mais a fondamentalement besoin d’être développée. Je parle là de travaux nécessaires à l’humanité.Il ne s’agit pas d’un besoin qu’ont les chercheurs, car eux ne s’attachent qu’à leurs travaux, et n’ont pas l’humanité dans la tête, ni la notion de durabilité. Ils ne s’attachent, toujours et encore, qu’à la productivité maximale.

Mais comment devrait-on imaginer l’avenir de la production agricole ?

Des petites unités productives, certes, mais où les plantes seraient adaptées au champ, et qui poussent sans qu’il soit besoin de les aider, de leur apporter toute cette énergie, que ce soit pétrole, pesticides ou autre chose, nécessaires au haut rendement.

Peut-on espérer que l’homme ait assez d’intelligence prévisionnelle pour lancer ces systèmes de production nouveaux ?

Je n’y crois pas beaucoup, les pays sont indépendants, or, il faudrait une entente globale, et il est difficile de faire comprendre cela à tout le monde.

Quand on voit qu’aux USA, on refuse de limiter les émissions de gaz carbonique, de gaz à effets de serre, et de ne pas prendre en compte les risques pour la planète, je dirai qu’il y a fort peu de chance, pour que l’humanité soit capable de s’entendre, sur ces sujets. Ne serait-ce que freiner, permettrait de reprendre les choses en main.Et pour le moment on ne fait qu’accélérer, et malheureusement, au bout, la sanction, c’est la catastrophe.

Soyez plus précis.

Ecologique ou climatique ou autre chose, cette catastrophe nous obligera à remettre les pendules à l’heure, car on n’aura plus le choix.

L’obésité étant devenue aujourd’hui la première cause de mortalité aux USA. A qui incombe la responsabilité ?

Tout est lié justement : je vais vous dire ce que je pense du lobby des industries agroalimentaires, et ceux qui proposent des gènes nouveaux, des OGM ou des plantes sélectionnées, en passant par ceux qui proposent des pesticides, en continuant par ceux qui fournissent des engrais. Ils vivent tous très bien sur le système qu’ils ont mis en place.C’est du même ordre pour les industriels de l’agro-alimentaire, qui d’un côté empoisonnent, puis revendent aussi l’antidote de l’obésité, sous forme d’industrie de la minceur. Les enjeux des industriels sont purement économiques, et ils ont des moyens phénoménaux. Rien d’autre ne stimule les lobbys de l’industrie, que l’argent, et nous en sommes tous (nous et la planète) les victimes.Pourtant les recherches que font et dont disposent ces lobbys, sont d’aucune mesure avec celles que peuvent faire les Etats. Les grosses boites, qui produisent des produits phytosanitaires, qu’il s’agisse de Bayer, de Monsanto, de Rhône-Poulenc, ont des moyens qui sont énormes, et ils ont les meilleurs chercheurs, dont les possibilités techniques d’analyse, et qui dans la recherche publique ne peuvent s’effectuer que dix ou vingt ans après.La différence est que ces firmes d’industrie vivent sur leur production.

En résumé, tous les lobbies industriels, que ce soit dans l’agro-alimentaire ou dans le para-pharmaceutique, n’ont qu’un seul objectif ?

Création de nouvelles variétés de plantes, propositions d’OGM, nouvelle barre chocolatée, nouveau substitut de repas, nouvelle crème amincissante ou nouveau pesticide, l’idée est d’écraser la vie sur la planète.Produire au maximum, en utilisant des pesticides qui vont être synthétisés par la plante elle-même. Ça, c’est l’un des buts de l’OGM, c’est dramatique!

La philosophie des OGM, n’a rien de bon, mais est totalement industrielle.Quant à l’industrie agro-alimentaire, qui doit vendre malgré la compétitivité, c’est de rendre les produits le plus appétissants possibles, sans prendre en compte le côté nutritionnel, dont on se moque intégralement.Tant que les produits se vendent, qu’ils sont néfastes pour la santé, caloriques, sucrés, gras, et donc en général, mal supportés par nos organismes, cela se vend et c’est tout ce qui compte.

Malheureusement on est en train de voir le bout final de cette philosophie.

Nous allons aussi au-devant d’une catastrophe alimentaire, qui est de plus en plus dramatique, comme celle du climat et de l’écologie.Nous mourrons de ce que nous mangeons.

L’Organisation Mondiale de la Santé décrit le fléau galopant de l’obésité comme étant la première épidémie non contagieuse de l’histoire de l’humanité.

Bien sûr, l’obésité que l’on a provoquée par la malbouffe en provenance des usines ou des chaînes de fast-food, c’est comme les gaz à effets de serre. IIs se propagent sans frontières, d’un pays à l’autre et envahissent toute la planète, rien d’étonnant . On est en train de dépasser les possibilités de digestion de la planète, comme celles des humains.

C’est d’ailleurs comme dans le monde marin, l’eutrophisation. C’est-à-dire, qu’il y a tellement de matières organiques dans l’eau qu’elles consomment tout l’oxygène de la mer, les poissons en manquent pour se nourrir, et cela modifie le milieu marin.Les pesticides dits non biodégradables, les métaux lourds, la dioxine, cela existe toujours, et pourtant ce sont des pollutions très graves. Dans la région de Lyon, il y a des émissions de dioxine, et on ne sait pas exactement d’où elles proviennent, mais elles sont rejetées à la mer….La vie de la mer nous montre sa désapprobation en disparaissant.

En réaction à tous ces dangers menaçants et terrifiants, est né il y a quelques années, un phénomène de volonté collective de consommer des produits essentiellement biologiques.Ce phénomène bio, est aujourd’hui de plus en plus visible, et les produits bio deviennent plus qu’un courant, suivi par quelques consommateurs conscients, mais un vrai phénomène sociétal. Mais que sont ces produits bio, et le sont-ils vraiment ?

Il existe une différence entre la réalisation du bio et les demandes des consommateurs. On s’est rendu compte que certains consommateurs de produits bio attrapaient des indigestions. Ce que veulent surtout les consommateurs, ce sont des produits qui soient plus sains. Le produit bio est celui dont je vous parlais précédemment, celui qui pousse tout seul. Mais ces productions peuvent être parasitées quand même, et pour les défendre, il existe aujourd’hui des produits pesticides, de mieux en mieux supportés par l’environnement.

Je dirai que personnellement je n’ai pas de philosophie bio telle qu’elle est classiquement admise. C’est-à-dire en partant de la phrase « Tout produit qui vient de la nature est bon pour la santé. », car ce n’est pas vrai, et il existe de très nombreux poisons qui viennent de la nature. Le bio, pour moi, c’est plutôt l’exemple de pesticide naturel contre les chenilles, qui consiste à libérer sur les cultures parasitées, une odeur de chenille femelle, ce qui empêche les mâles de retrouver les femelles ; la ponte s’arrête, et ce grâce à l’utilisation de cette odeur très ciblée, que l’on appelle une phéromone, que seuls les chenilles mâles reconnaîtront, et qui n’aura pas de conséquences sur le reste du milieu naturel du champ de production concerné.

À l’inverse, un produit naturel comme le cuivre, très utilisé en agriculture bio, pour défendre les cultures contre les champignons, est très toxique. Le cuivre est très toxique pour toutes les bactéries du sol. Ces bactéries du sol ont une place importante dans la dynamique de recyclage des matières organiques dans le sol, et donc du monde vivant. L’agriculture biologique a encore des progrès à faire.

Propos recueillis par Sophie Reverdi