BIEN-ÊTRE& SANTÉ

SPÉCIALISTES SURPOIDS & OBÉSITÉ

Jana 63 kilos en 13 mois

Je voudrais par ce témoignage, vous parler de mon parcours d’obèse, de ma rencontre avec quelqu’un qui m’a aidé à changer de comportement vis-à-vis de moi-même, de ma guérison, et de ma résurrection. J’ai commencé à avoir des problèmes de poids dès mon enfance. Cette situation a immédiatement alarmé mon médecin traitant, qui m’envoya dans divers services d’endocrinologie et de diabétologie pour découvrir la cause de mon surpoids. Mais la conclusion de tous ces examens était, que je n’avais aucun disfonctionnement.
Cependant, à l’âge de dix ans, ce même médecin, voyant mon poids en continuelle évolution, m’envoya dans un centre pour enfants obèses. Là-bas, effectivement, après un séjour de sept semaines, qui n’étaient pas les plus joyeuses semaines de ma vie, je perdis 8 kilos, kilos que j’avais aussitôt repris l’année suivante, et continuais à grossir. A 15 ans je pesais 95 kilos. Je fis encore plusieurs tentatives de divers régimes, mais sans pouvoir les tenir plus d’une semaine. Et je dois avouer que je ne voyais pas d’issue pour moi, ni comment j’aurais pu m’en sortir.

Quand j’ai rencontré Sophie Reverdi, à l’âge de 23 ans, je pesais pour 1,72m, 130 kilos. Nous avons très vite sympathisé, et l’on a commencé à parler de mon poids. D’abord j’eus du mal à parler de mon problème, mais je sentais que je pouvais lui faire confiance, alors j’ai vidé mon sac. Je lui ai avoué que je souffrais de ce problème, et que pour une jeune fille, c’était triste d’être difforme. Et, Sophie m’a posé une question. « Est-ce que tu as envie de maigrir ? »Je lui ai répondu : « bien sûr que oui, mais si je savais comment faire je l’aurais fait, depuis longtemps. » Alors elle me raconta son parcours d’obèse, par où elle était passée et comment elle avait réussi à perdre du poids. Elle aussi avait été une enfant obèse, et à l’âge de vingt ans, elle pesait 128 kilos, pour 1,60m. J’étais très impressionnée, puisque c’était difficile d’imaginer que cette femme aussi belle, sûre d’elle et pleine d’énergie, était une ancienne obèse. Et elle me dit : « si tu veux, moi je vais t’expliquer comment faire. » Ce que je venais d’entendre de sa part était nouveau pour moi, et il y avait beaucoup d’éléments que je ne connaissais pas. Elle m’expliqua en quoi consistait la méthode alimentaire qu’elle avait découverte. Elle m’expliqua, qu’on pouvait manger des choses délicieuses et à volonté. Puis, comment s’organiser pour les courses, comment préparer très simplement mes repas; des petites astuces qui font la différence. Elle me parla aussi de mon aptitude à contrôler ma vie, mon pouvoir de décision, mon potentiel, ma force. Elle me dit qu’il était de mon ressort de changer les circonstances de ma vie, que j’en étais responsable…que c’est moi, qui avait mis ces aliments dans ma bouche, et qu’il ne tenait qu’à moi de remédier à ce problème, en inversant la vapeur, mais aussi en changeant certains messages nocifs, que j’envoyais à mon cerveau. J’ai aussi commencé à m’intéresser de plus près aux mécanismes du corps, au fonctionnement de la prise et de la perte de poids.

Sophie m’expliqua des choses sur ma maladie, dont je n’étais pas du tout au courant. Elle n’arrêtait pas de me motiver, en me disant que je serais belle, légère et bien dans ma peau, que ma vie allait changer radicalement, que j’allais découvrir une nouvelle Jana, sûre d’elle, pleine d’énergie, pleine de talents cachés, que j’allais découvrir un nouveau corps, et récupérer une forme physique, qui n’avait rien à voir avec ma forme actuelle, que je pourrais tranquillement aller faire du shopping, sans être stressée pour savoir s’il reste dans les boutiques quelques modèles en taille XXXL, que je pourrais aller à la piscine, sans passer par le sous-sol, que les hommes s’intéresseraient plus à moi. En l’écoutant me dire ces choses, j’ai commencé à visualiser, comme tout cela pourrait rendre mon existence différente. J’ai réalisé qu’en perdant du poids, j’allais découvrir tous ces plaisirs de la vie que je ne connaissais pas. Enfin, j’étais convaincue, et j’ai commencé à suivre le programme. Je savais aussi, vu le nombre de kilos que j’avais à perdre, que ce ne serait pas une affaire de deux mois, mais cela ne me décourageait pas. Dès les premiers kilos perdus, j’ai commencé à éprouver une énergie débordante, et un sentiment de victoire. C’était une période de renaissance pour moi. À chaque kilo perdu, je me sentais de mieux en mieux; à chaque kilo perdu, je sentais comme un flux d’énergie qui venait vers moi. Et puis en treize mois, en toute facilité, j’ai perdu plus de 60 kilos. C’était incroyable. Je crois que je n’aurais jamais pu me faire un plus beau cadeau que celui de me débarrasser de tous ces kilos de trop. Vaincre enfin, cette horrible maladie qui m’avait poursuivie pendant des années, me laissant dans les coulisses de ma propre vie. J’avais réussi à me démontrer à moi-même, et aux autres, ce que l’on peut réaliser, lorsqu’on en a pris la décision ferme et profonde. J’ai cru en mes capacités et en celles de Sophie, lui laissant me montrer le bon chemin, et je suis sortie vainqueur. Tout a changé radicalement dans ma vie; j’étais transformée. Mon corps avait pris des formes que j’ignorais auparavant. Je n’étais plus essoufflée en montant des escaliers, je n’étais plus gênée en rentrant dans une boutique. Dès lors, au lieu de demander une taille 56, je demandais du 40.

Je suis devenue, depuis ce moment-là, la personne la plus heureuse au monde. Et puis quand j’ai revu ma famille, ils ne m’ont pratiquement pas reconnue. Mes parents étaient stupéfaits par ma transformation. Mes amis que je n’avais pas vus depuis longtemps étaient tous éblouis. Tout le monde me demandait comment j’avais réussi un tel changement. Tout le monde me félicitait et je n’avais reçu que des compliments.

Comme cela fait du bien d’entendre et d’apprécier les félicitations de mes proches! je prenais encore plus conscience de ma victoire quand les personnes que j’aimais et qui m’ont toujours connue grosse, me disaient que j’étais belle et rayonnante et que ma transformation était de l’ordre du miracle.